Drivers ou Jockeys, l’importance du poids durant une course

par David GUYONNET le 2018-03-27
Catégorie : Cas pratique de sportif

Du Prix d'Amérique au Prix de l'Arc de Triomphe, en passant par le Grand Steeple-Chase de Paris ou encore la Melbourne cup, les plus grandes courses sont des moments intenses de sport. Pour s’y préparer cavaliers et montures doivent avoir un sérieux entraînements, mais pas seulement. L’alimentation joue un rôle primordial chez le jockey ou le driver, car la condition physique, l’état nutritionnel et le poids permettront à ces sportifs de conserver leurs forces. Le risque lié à ce sport à catégorie de poids serait pour ces sportifs de maintenir un faible poids au détriment de leurs santés. Voilà pourquoi un encadrement nutritionnel est primordial tout au long de l’apprentissage de l’équitation mais aussi en prévention des compétitions.

Le poids un défi de taille

Durant une compétition, l’enchaînement de plusieurs courses par jour est possible, les jockeys chercheront donc à ménager leurs montures. Chaque cheval (selon sa race) est soumis à ses propres exigences de poids, les jockeys professionnels font face à une pression importante pour maintenir un poids corporel faible et constamment performer à leur meilleur niveau. Bien que les poids à cheval puissent varier entre 49 kg et 55 kg, de nombreux jockeys s'efforcent d'être au poids minimum, ce qui maximise leur chance de prendre part à une course. Si les jockeys ne parviennent pas à «prendre du poids» pour une course donnée, cela peut entraîner des amendes et des suspensions ou être obligé de rater des courses.
Cette nécessité de «faire du poids» a amené certains jockeys à se tourner vers des mesures extrêmes pour contrôler leur poids, y compris un régime sévère, des laxatifs et des coupe-faim. D'autres se sont tournés vers l'utilisation des saunas, des bains chauds et des diurétiques pour essayer de faciliter la perte de liquide. En vertu des règles de course, cependant, les coupe-faim, les diurétiques et autres médicaments ne sont pas autorisés à être utilisés par les jockeys. Ces mesures extrêmes sont préjudiciables aux jockeys et peuvent entraîner une baisse des performances. La concentration et la coordination peuvent être compromises par l'épuisement de l'énergie et la déshydratation, et ce risque devrait être minimisé si possible pour aider les jockeys à donner les meilleurs résultats physiquement et mentalement.

Le jour de la course, la maîtrise du poids reste nécessaire

Contrairement à de nombreux sports à catégorie de poids, les jockeys doivent concourir à leur poids désigné et «peser» après chaque course au poids fixé. Dans de nombreux cas, ils peuvent aussi faire plus de promenades à un poids similaire, voire inférieur, ce qui signifie qu'ils peuvent consommer très peu de nourriture ou de boisson entre les courses et doivent encore faire de leur mieux jusqu'à ce que la course soit terminée pour la journée.
Pour cette raison, les jockeys donneront la priorité aux aliments qui fournissent un maximum d'énergie pour un poids minimum les jours de course. L'utilisation de produits sportifs tels que des barres énergétiques, des gels ou des boissons remplaçant les repas est idéale dans cette situation car ils sont une source d'énergie concentrée pour les jockeys et sont encore très légers. Il est donc conseillé aux "cavaliers" de travailler en étroite collaboration avec un diététicien du sport préparation des compétitions majeures afin de ne pas affecter négativement leur état nutritionnel avant et pendant une compétition et donc leurs performances.

Drivers ou Jockeys, l’importance du poids durant une course

Le lendemain d’une compétition

Alors que les adeptes des courses et les propriétaires portent un toast au champagne, les boissons d'après-course sont un peu différentes pour les jockeys professionnels. Une fois la journée de course terminée, le premier objectif est de se réhydrater, généralement avec des boissons sportives pour compenser l’ensemble des pertes hydriques et fournir de l’énergie. Cependant, le moment de la récupération a pour objectif de rééquilibrer les besoins nutritionnels du jockey comme si celui-ci devait de nouveau subir la pesée, dans quelques jours. En particulier, boire trop d'alcool peut rendre plus difficile la prise de poids la prochaine fois.

Poursuivant leur récupération nutritionnelle et hydrique, les jockeys consomment des aliments faciles, portables et nutritifs tels que des fruits, des barres de céréales, des boissons lactées, des fruits en conserve et séchés et des fruits oléagineux. Ils auront normalement un «bon» repas équilibré dans les deux ou trois heures suivant la fin de la course afin de favoriser la récupération musculaire.

L’alimentation durant une compétition doit être expérimentée en amont

Tout comme la nécessité d’un entraînement, l’essai de différentes tactiques nutritionnelles pour la journée de course est primordiale. Les jockeys mettront en pratique des stratégies nutritionnelles adaptées à chaque individu, sous la supervision étroite d'un diététicien nutritionniste du sport avant de les mettre en place lors des grandes courses. Le choix du bon plan nutritionnel pour la journée de course permet de répondre aux besoins individuels des jockeys et de s'assurer qu'ils peuvent donner le meilleur d'eux-mêmes pour chaque course.
Pour plus de renseignements sur la prise de poids, consultez un diététicien du sport pour obtenir une stratégie adaptée.

Pour aller plus loin :

Mots-clés : poids, jockey, driver, pesée, plat, trot, course hippique, cheval